L’Histoire de Chanel

Création à Lyon de l’entreprise de plâtrerie-peinture Chanel par Jean Chanel, son fondateur, entrepreneur indépendant, homme de réseaux, généreux et charismatique. Un homme qui a su anticiper les mutations du métier.
À son départ en retraite, en 2000, Raphaël Dufer et Dominique Aubry reprennent l’entreprise Chanel. En vingt ans, ce duo d’entrepreneurs issu du groupe Serfim a créé un groupe régional autour de la maison mère et multiplié par cinq le chiffre d’affaires. 

Partie prenante dans la plupart des gros chantiers de l’agglomération lyonnaise, Chanel s’engage dans les années 2000 dans une stratégie de croissance externe en achetant d’autres sociétés de la région. 
Un premier rapprochement s’effectue fin 2006 avec l’entreprise Cizeron à Valence (Drôme), leader local du traitement technique des façades en copropriété. 
L’année suivante Chanel acquiert Miège, société historique de Chambéry, devenue Chanel Savoie

Création à Vénissieux de 2MRA, société spécialisée dans la pose de bardages techniques. 

ITERM, société iséroise de ravalement, maçonnerie, calfeutrement de joints, imperméabilisation des façades, peinture, isolation, rejoint la famille Chanel.
Enfin à Lyon, l’entreprise poursuit sa structuration technique avec la création d’un bureau d’études intégré, et d’un parc matériel d’échafaudages quasi unique.

Chanel est l’une des premières entreprises à obtenir la certification Qualibat sur le plan national pour les travaux d’isolation thermique et acoustique par l’extérieur.

La certification « développement assurance qualité » lui est attribuée.

Elle obtient des qualifications suivantes :

  • Réparation en maçonnerie et béton armé.
  • Calfeutrement de joints de construction.
  • Imperméabilisation des façades.
  • Montage d’échafaudages.

L’entreprise passe à la norme ISO 9001 pour faire évoluer la qualité au sein des métiers de l’entreprise.

Chanel est lauréate du prix de l’innovation en matière de sécurité pour son brevet de passerelle permettant le passage des compagnons d’une nacelle sur câbles à des balcons ou loggias. (Prix décerné par le ministère de la Construction et du Logement).

Chanel est lauréat national pour la stratégie de prévention (1er prix Le Moniteur).

Les avancées technologiques et l’innovation

L’entreprise Chanel a toujours voulu se positionner à la pointe de la technologie. Dans les années 1970, en réaction aux deux premiers chocs pétroliers (1973 et 1979), l’entreprise se lance dans l’isolation thermique des façades par l’extérieur (ITE). Chanel est en 2014 membre fondateur d’Operene, un contrat de performance énergétique qui propose une démarche globale pour une vraie rénovation énergétique garantie.

  • Confort amélioré (thermique, acoustique, été/hiver).
  • Patrimoine valorisé : isolation du bâti, optimisation de la production de chauffage.
  • Économies garanties : plus de 40 % de réduction des consommations réelles
  • Engagement contractuel, investissement sécurisé.

Et en 2017, Chanel met en œuvre le projet BARDFAST qui vise à développer des modules d’ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur) sous bardage ventilé de grande dimension (15 m2), ainsi que des systèmes d’accroche permettant de les « suspendre » aux façades des bâtiments existants. En 2018, participation au projet Es’Ope : sur les réhabilitations, on a amené les bâtiments à une consommation zéro (passivité du bâtiment). Enfin, Chanel rentre dans la démarche Building Information Model (représentation géométrique d’un bâtiment en 3D, réalisée sur ordinateur en vue de l’analyser, de le contrôler et d’en simuler certains comportements) avec un service dédié : on est équipé « scanners et drones ». 

La solidarité et l’insertion

En 1993, Jean Chanel co-fonde le G.E.I.Q. 69 : Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification dont il a été le premier président jusqu’en 1999.
Son rôle ? Aider les personnes en difficulté en favorisant leur réinsertion par le travail et la formation qualifiante.  L’association regroupe des entreprises de bâtiment de moins de 100 salariés dans le Rhône. 

De son côté, Dominique Aubry a été le premier président de l’Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion (ETTI) Rhôninserim, créée en 2010 et dédiée à l’insertion de personnel ayant perdu le lien avec le monde du travail.

Comments are closed.

Close Search Window